Compte-rendu du rendez-vous du Collectif LBO à L’Elysée

vendredi 26 janvier 2007
par  Collectif LBO
popularité : 7%

Le COLLECTIF LBO reçu à l’Elysée

Le COLLECTIF LBO a été reçu vendredi 26 janvier 2007 par monsieur CARMONA, conseiller économique du Président de la République.

Cet échange a permis de sensibiliser monsieur CARMONA et de débattre avec lui, notamment sur les points suivants :

1- la nécessité de mener une contre-expertise, notamment sociale, sur les opérations de LBO, la propagande des chiffres consolidés de l’AFIC n’étant manisfestement pas suffisante pour juger des effets tangibles des opérations de LBO sur l’économie, la croissance et l’emploi.

A cet égard, le COLLECTIF LBO a précisé à monsieur CARMONA n’avoir toujours pas reçu de réponse de l’AFIC alors qu’elle s’y était engagé avant noël via son service de presse. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient et, en la matière, l’AFIC est particulièrement active.

2- les dangers de l’approche court-termiste et purement financière des investisseurs pouvant aller à l’encontre des attentes exprimées par les entrepreneurs pour le financement pérenne de leur activité.

Le COLLECTIF LBO estime que les réprésentants politiques n’ont pas encore pris suffisamment conscience de la réalité sociale que vivent les salariés des entreprises sous LBO, considérant généralement que l’action des fonds d’investissement n’a pas plus d’impact que la gestion normale d’une entreprise cotée.

3- la nécessité d’un mécanisme fiscal renforcé limitant l’effet des “package management”

4- si le COLLECTIF LBO est attentif aux déclarations de monsieur CHIRAC :
ses préoccupations quant à la place et le rôle des fonds dans l’économie (discours aux forces vives du 4 janvier 2007),
son attachement à l’esprit d’une sorte de “contrat social” pacifiant les relations sociales que remet en cause la spéculation financière sur les entreprises,
sa volonté d’une plus juste répartition des richesses et des profits générés au sein des entreprises,

nous regrettons que le chef de l’état se soit inscrit depuis 2002 dans une logique libérale illustrée par les actions gouvernementales engagées au profit des puissants, au détriment des salariés et des exclus, s’éloignant ainsi de ses promesses électorales « de réduire la fracture sociale dans notre pays ».

5- les risques d’espionnage et de pillage industriel des technologies stratégiques nationales pouvant être pilotés lors d’acquisition d’entreprises françaises par des fonds étrangers, considérant la nécessité pour la France de se doter d’un outil de protection juridique comparable à celui des Etats-Unis. Le COLLECTIF LBO a rappelé au conseiller économique la prise de contrôle de TDF par un fond de pension américain qui n’a pas fait l’objet d’une intervention des pouvoirs publics, et ce malgré la création d’un Haut Commissariat à l’Intelligence Economique piloté par M. Alain Juillet

Au travers de ce premier entretien, il apparaît que l’utilité publique et citoyenne de l’action menée par le COLLECTIF LBO est aujourd’hui reconnue par la présidence de la république, permettant ainsi l’instauration d’un débat contradictoire et constructif.


Commentaires