Le LBO et les banques (extrait du DVD : "LBO : les insoumis")

vendredi 5 avril 2013
par  Collectif LBO
popularité : 7%

Denis Durand

Diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris et de l’université Paris I
Secrétaire général du syndicat CGT de la Banque de France
Membre du Conseil Economique et Social

Denis Durand dénonce la responsabilité centrale des banques et explique qu’on pourrait utiliser les crédits bancaires dans un sens complètement opposé à celui des LBO.

"Aujourd’hui, les opérations de LBO sont les opérations, dans celles qui sont pratiquées par les banques, qui augmentent le plus vite depuis quelques années.
C’est dans ce domaine-là que l’activité bancaire se développe le plus. Et il faut comprendre que, pendant que les banques utilisent leurs capacités de mettre du crédit à la disposition de l’économie pour ce genre d’opérations à caractère spéculatif et à caractère meurtrier pour l’emploi et pour la croissance, c’est autant de fonds, autant de capacités de croissance, autant de ressources pour le développement de l’économie, qui ne servent pas à investir dans des investissements productifs et des investissements qui correspondent à des créations d’emplois. C’est là qu’on retrouve la responsabilité, en effet, des banques, qui est absolument centrale dans le développement de ce marché des LBO et dans les effets négatifs qu’ils ont sur l’emploi et les entreprises.

En quoi la Banque Centrale Européenne par exemple, et les banques centrales en général, comme la Banque de France, pourraient avoir une influence sur cette activité des LBO ?
Comme on a vu que il ne peut pas y avoir développement de ses activités de LBO sans crédits bancaires spécialement affectés à ces opérations, de même qu’il n’y a pas de spéculation sur les devises sans crédits bancaires, il n’y a pas de spéculation sur les titres financiers sans crédits bancaires, si on agit sur les crédits bancaires on peut utiliser le levier des crédits bancaires dans un sens complètement opposé à celui des LBO.
On peut utiliser les crédits bancaires en les réorientant en faveur des investissements qui créent des emplois, et en faveur du développement, de la capacité de l’économie à faire de la valeur ajoutée, à créer de la richesse, à créer les moyens de financer des emplois utiles, des revenus et des services publics.

Si le crédit sert à construire des usines et à créer des emplois, c’est très bien, mais ça peut aussi servir à faire des opérations spéculatives, à fermer des usines et à augmenter les profits des actionnaires."


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Le LBO et les banques (extrait du DVD : "LBO : les insoumis")